De l’importance de respecter son horloge biologique

Lève tôt ou lève tard : le lien avec le rythme biologique

Pour certains, le matin est un moment propice à la productivité et à la vigilance. En fait, de nombreux éléments de la vie quotidienne sont adaptés aux personnes qui aiment se lever tôt – c’est le cas des horaires de travail classiques de 9h à 18h. D’autres personnes trouvent cette routine difficile et épuisante, en raison de leur propension à vouloir faire la grasse matinée ou de leur niveau d’énergie plus élevé l’après-midi et le soir. Il est désormais démontré que cette préférence, connue sous le nom de rythme circadien ou d’horloge biologique, a un impact direct sur la santé mentale.

Les lève tôt plus heureux ?

horloge

Dans le cadre d’un projet de recherche mené par la Molecular Psychiatry, 450 000 adultes britanniques ont été étudiés selon un processus appelé « randomisation mendélienne ». Ce processus repose sur la cartographie des gènes, des informations génétiques et des questionnaires, et il a permis de constater que les personnes dont l’horloge biologique est mal alignée sont plus susceptibles d’être victimes de dépression, d’anxiété et de fatigue. Des preuves substantielles montrent également que les personnes du matin sont moins susceptibles d’être confrontées à des problèmes majeurs de santé mentale, car ce groupe est généralement plus en phase avec la tendance culturelle des débuts de journée matinaux. Des conclusions similaires ont également été tirées d’une étude récente parue dans JAMA Psychiatry.

L’étude britannique s’est également penchée sur une nouvelle mesure appelée « décalage horaire social », qui fait référence aux habitudes de sommeil entre les jours de travail et les jours libres. La routine est l’une des choses les plus bénéfiques pour le rythme circadien, puisque nous fonctionnons sur un cycle de 24 heures. Le changement constant entre le lever tôt et le lever tardif, selon le jour de la semaine, peut accentuer les sentiments d’anxiété et de dépression chez ceux qui essaient de « rattraper » leur sommeil pendant les week-ends.

Pour les noctambules, cette étude montre le mal que l’on peut faire en allant systématiquement contre le désir naturel du corps de dormir plus tard. En raison de l’augmentation rapide de la tendance au travail à domicile, il peut être plus facile d’établir un horaire de travail qui s’adaptera davantage aux besoins de son corps. L’étude suggère également qu’un horaire matinal peut être néfaste pour les travailleurs en 3×8 en raison de l’irrégularité de leurs cycles de sommeil.

Pour les couche-tard qui souhaitent recadrer leur horloge biologique afin de réussir à se coucher plus tôt le soir et se lever plus tôt le matin, il existe des solutions : une cure de mélatonine couplée à des séances de luminothérapie le matin ont des résultats satisfaisants.

Soyez attentif à votre fatigue

Les facteurs physiques comme l’épuisement et la fatigue sont souvent négligés dans les discussions sur la santé mentale. Bien que les exigences constantes de la vie quotidienne font passer ces ressentis comme étant normaux, il pourrait s’agir d’une tentative du corps de signaler que quelque chose ne va pas. Parler à votre employeur ou à votre famille d’un horaire de sommeil adapté peut faire la différence entre une vie heureuse et productive et une vie avec un risque accru de dépression et d’anxiété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *