Focus sur la société France-Copter

jan 26th, 2014 by Georges in Mes passions

Survoler notre bonne vieille France, à 170 km/h et à 2 000 mètres d’altitude (maximum), dans un engin d’à peine 1,6, tonne, c’est un plaisir que certains qualifieront de dangereux. Il n’est qu’à voir la dextérité d’Alain Bouchez, directeur de France-Copter, à conduire son Alouette pour se sentir immédiatement rassuré. Les premières frayeurs passées, on peut, en toute quiétude, profiter du panorama et mettre en tension les deux caméscopes soumis aux turbulences. Dans ce cas, la légèreté n’est pas vraiment un atout de taille, et stabilité n’est pas le maître-mot. Rien à dire sur la qualité d’image des deux champions, les 400 lignes de définition du S-VHS et du Hi-8mm s’avérant sans concurrent pour le moment. Côté son, le JVC se distingue par du hifi stéréo de grande qualité alors que le Sony se contente d’un mono FM très correct.

France-Copter

Cela dit, les turbines de l’Alouette font un tel raffut que le port du casque devient obligatoire pour dialoguer et rend obsolète tout enregistrement sonore. Puisqu’on parle technique, sachez que l’Alouette, modèle un peu dépassé (dixit Alain Bouchez), a été conçue par l’Aérospatiale pour l’armée de terre (Alat) qui l’utilise encore énormément. Si l’envie vous en prend, vous pouvez toujours en acquérir une très bonne d’occasion pour moins d’un million de francs. S’il peut voler jusqu’à 2 000 mètres d’altitude, l’hélicoptère n’a vraiment d’intérêt qu’à basse altitude et peut même se montrer très indiscret- en faisant du sur-place à quelques dizaines de mètres du sol. Mais c’est une autre histoire. Pour nous, il s’agit seulement de rallier une superbe demeure à 50 kilomètres de Paris pour un déjeuner sur l’herbe qui n’aurait pas déplu à Claude Monet lui-même.

Car, outre les deux caméscopes, nous avons pris le soin d’embarquer à bord deux charmantes jeunes filles qui, en tout bien tout honneur, servent de modèles à Jean-François, notre photographe de choc. La première, Laurence, est habituée à nos fantaisies puisqu’elle effectue un stage à Julien, alors que la seconde, Juliette, est habituée aux fantaisies du vol puisqu’elle est la fille du désormais célèbre Alain Bouchez, et pilote elle-même. Mais revenons à nos moutons, ceux que nous survolons et «gravons» sur nos bandes magnétiques. Le zoom électrique (X 8 et 11-88 mm pour le Sony et X 8 et 8,5-68 mm pour le JVC) fait son œuvre. Pour le visionnage, on a le choix entre l’accès à la partie scope sur le dessus (Sony) ou à l’arrière (JVC).

Lorsqu’on prend soin, avant enregistrement, de faire toutes les insertions de titres disponibles en plusieurs couleurs., on se retrouve avec un vrai petit film, qu’il ne reste plus qu’à monter, le cas échéant. Pour plus de renseignements techniques sur ces deux appareils de pointe, n’hésitez pas à vous reporter à notre premier numéro hors-série hi-Tech paru le 15 mars dernier. En attendant, maître Bouchez entame une exemplaire descente qui nous conduit dans le domaine de la Rape où nous attend un repas bien mérité. Les caméscopes en profitent pour recharger leurs batteries et nous les nôtres. Alain Bouchez nous raconte mille anecdotes de vol, évoque en frissonnant les avatars du pilote de British Airways qui est passé par le hublot de son avion et nous parle enfin de la société qu’il a créée il y a maintenant trois ans, France-Copter. Il a à sa disposition un hélico-école, le Hugues, 300 américain, qui permet de passer son brevet de pilote privé pour 75 000 ou 80 000 francs (moins de 2 000 francs l’heure, c’est donné), deux Alouettes et un Jet Ranger de cinq places pour le travail aérien, en l’occurrence les baptêmes (de 250 à 850 francs par personne, selon la durée du vol), les prises de vue photo et cinéma, les voyages d’affaires ou privés. Les entreprises ou les particuliers qui désirent louer un appareil à l’heure se voient proposer des tarifs allant de 3 320 francs TTC (Hugues 300 — deux ou trois places) à 4 500 francs TTC (Alouette — cinq places) pour une heure avec le kérozène et… le pilote. Ce dernier peut rester à terre si l’on désire seulement l’hélico parce que l’on sait piloter (coque nue dans le jargon), pour 3 320 francs l’heure en Alouette.

helicoptere

Pour tous renseignements, contactez France-Copter, 34, rue de la Saussière, 92100 Boulogne, tél. 46.05.88.00 (Marie-Laure ), ou directement à l’Héliport de Paris, 4, avenue de la Porte de Sèvres, 75015 Paris, tél. 40.60.90.52 (Ju liette). Vous êtes désormais parés pour jouer les vidéastes de l’air et réaliser des images que vous envieront vos amis. Boulot-hélico-vidéo, ça change…

No Comments